dimanche 18 janvier 2015

Image du passé, solitude du temps qui passe et nous pousse vers l'oubli de se que nous sommes. Il y a 16 ans je faisais cette images dans la province d'Antonio Quijarro (vers le salar d'Uhyni ) Bolivie. Immensité qui m'habite, humilité que la terre nous impose. 01-2015

Post Photographique


Le post-photographique est un leurre

L'image à toujours été détournée à des fins plasticiennes, la photographie n'est qu'un média parmi les autres, destiné à produire des images. C'est notre société qui veut la réduire au plus bas coût, et au plus facile dans un souci, bien sûr, de démocratisation de l'image. 
Nous sommes plutôt dans un tout photographique, aux accents de vidéo.
Absolue qui favorise la névrose sociale face au paradoxe d'une croyance d'hyperpuissance face à la mort.
Certes, nous risquons d'aller vers l’étouffement du contenu et la perte émotive, avant de passer à l’ère du 3D, comme un échappatoire, dans l’univers écranique.
Mais si nous cherchons à réinventer sans cesse le langage visuel, n'est-ce pas pour nous faire croire que nous ne disons pas les mêmes choses, que nous avons changé, évolué par rapport à nos pauvres ancêtres ignorants.
La question fondamentale du sens, de notre présence collective et individuelle, reste prise dans une sorte de métalangage des médiums successifs.

De la main posée sur le mur d'une grotte dont on ne sait presque rien, à la photo de notre dernier brunch, en passant par la peinture de Willem de Kooning, l’élan reste le même.
Faire trace de son acte de vie.